Maladie de Parkinson : une première injection du nouveau médicament radiopharmaceutique [18F] LBT-999 chez l’Homme

Le [18F] LBT-999 est un médicament radiopharmaceutique développé par les chercheurs de l’unité tourangelle, en collaboration avec Cyclopharma. Il se lie au transporteur de la Dopamine, qui est un biomarqueur de la maladie de Parkinson.

Issu d’un projet qui a démarré en 2003, il a passé les étapes de chimie, biologie et pré-clinique permettant l’obtention de toutes les autorisations pour un passage à l’Homme. Cyclopharma, co-propriétaire du médicament radiopharmaceutique, s’est associé au CHRU de Tours pour cette étude pilote.

 

Un biomarqueur de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson idiopathique atteint environ 2 % de la population de plus de 60 ans ; 10 à 15 nouveaux cas pour 100 000 habitants apparaissent chaque année. Cette maladie neurologique dégénérative est caractérisée par une atteinte du système dopaminergique, et se manifeste cliniquement par un syndrome extrapyramidal qui associe une lenteur gestuelle, un tremblement de repos, et une akinésie.

Grâce à un appareil de Tomographie par Émission de Positons (TEP), outil classiquement utilisé en imagerie moléculaire, il est possible de visualiser les zones où se fixe le radiopharmaceutique ; ces images, avec le [18F] LBT-999, permettent une quantification du transporteur de la Dopamine. Or, dans la maladie de Parkinson, on observe une baisse de la fixation de la Dopamine.

 

Cette scintigraphie sera donc un biomarqueur de certaines pathologies impliquant la neurotransmission dopaminergique, comme la maladie de Parkinson. Sous réserve des essais cliniques en cours, l’utilité d’un tel biomarqueur serait, d’une part d’aider au diagnostic de la maladie, et d’autre part de mettre en place et suivre l’efficacité de nouveaux traitements.TEP parkinson

Suite à la première injection à un patient atteint de la maladie de Parkinson, on note l’asymétrie de fixation de la Dopamine dans les noyaux gris centraux de son cerveau, ce qui signe en faveur de la maladie de Parkinson (zone indiquée par la flèche bleue).

 

 

Le premier patient atteint de la maladie de Parkinson a été accueilli début septembre 2015 au sein du service de médecine nucléaire du CHRU de Tours (Pr Maria-Joao Ribeiro, Chef de service en Médecine nucléaire), afin de recevoir le radiopharmaceutique.

« L’ensemble des équipes impliquées, l’Unité Université-INSERM U930, le CERRP assurant la radiosynthèse du traceur, ainsi que le CIC et le CIC-IT étaient mobilisés et ont pu constater la qualité de ces premières images. Plusieurs autres patients sont programmés pour participer à cette étude : c’est donc un début très encourageant pour ce protocole. », conclut le Professeur Denis Guilloteau, Directeur de l’Unité INSERM U930.

 

A propos du CERRP

Le Centre d’Etude et de Recherche sur les Radiopharmaceutiques de Tours (CERRP) a été créé en 2007, par un partenariat entre l’Université de Tours et son unité de recherche INSERM U930, et la société pharmaceutique Cyclopharma. Ce partenariat a permis d’installer un cyclotron à Tours. Cet équipement est au coeur de la production d’isotopes radioactifs, permettant de fabriquer les radiopharmaceutiques, à des fins de recherches biomédicales.

A propos de l’Unité Université-INSERM U930 « Imagerie et Cerveau »

L’Unité Université-INSERM U930 « Imagerie et Cerveau » conduit des recherches translationnelles sur les pathologies neurodégénératives (Parkinson, SLA, Alzheimer) et psychiatriques (dépression), allant de la conception des radiopharmaceutiques jusqu’aux essais cliniques.

À propos du CIC 1415

Le Centre d’Investigation Clinique – CIC 1415 de Tours a été labellisé en 2001. Localisé au sein du CHRU, il sélectionne puis accueille et prend en charge les participants aux études ainsi que leurs familles, en respectant les bonnes pratiques cliniques. Il travaille en étroite collaboration avec le CIC IT.

Le Centre d’Investigation Clinique – Innovation Technologique CIC-IT 1415 de Tours est l’un des huit centres créés à l’échelle nationale, constitutifs du réseau Innovations Technologiques (IT) en médecine. Localisé au sein du CHRU, il est dédié à l’innovation et la recherche en matière de technologies pour la santé.

Le CIC-IT de Tours se consacre à l’évaluation clinique et à la valorisation des innovations médicales dans deux grands secteurs : les ultrasons et les radiopharmaceutiques.

À propos de Cyclopharma

Créé en 2000, Cyclopharma est spécialisé dans le développement et la commercialisation de solutions d’imagerie moléculaire innovantes capables de tracer les contours d’une maladie dans le corps et adaptées aux spécificités de chaque patient.

Avec plus de 100 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros, Cyclopharma s’investit fortement en recherche et développement collaboratif et, s’appuyant sur un maillage territorial dense et équilibré, enclenche dès 2015, son développement à l’international afin de devenir un leader européen de la médecine personnalisée.

Communiqué de presse, le 29 octobre 2015 de Cyclopharma et CHRU Tours

Vous aimerez aussi...