Les Ultrasons et microbulles font leur entrée en Cancérologie dans le traitement des métastases hépatiques du cancer colorectal.

Dans le cadre de l’appel à projets 2015 «Programme de Recherche Translationnelle en Cancérologie» co-financé par la DGOS et l’INCa, le projet intitulé : «Délivrance ciblée de chimiothérapie par ultrasons et microbulles» soumis à l’Institut National du Cancer vient d’être accepté.

Ce projet a été favorablement évalué et bénéficie d’un financement total de 360 679 euros pour trois ans.

L’étude sera menée conjointement au CHRU de Tours par le CIC IT 1415 Ultrasons et Radiopharmaceutiques et par le service d’Hépato-gastroentérologie et de Cancérologie Digestive.

Le coordonnateur scientifique de cette recherche innovante est le Docteur Ayache BOUAKAZ, Directeur de recherche au sein de l’unité de recherche INSERM U 930, spécialisé dans le domaine des Ultrasons.

Le coordonnateur hospitalier associé est le Professeur Thierry LECOMTE chef du service d’Hépato-gastroentérologie et de Cancérologie Digestive et spécialisé dans la prise en charge du cancer colorectal.

 

Malgré le nombre croissant de molécules actives contre le cancer, les progrès thérapeutiques restent modestes pour un certain nombre de types de tumeurs. L’un des principaux obstacles est inhérent à l’absence d’une délivrance spécifique des médicaments dans le tissu tumoral.

Le cancer colorectal (CCR) occupe aujourd’hui la troisième place des cancers les plus fréquents en France et la deuxième place des décès par cancer. Malgré les progrès de la chimiothérapie, la résection chirurgicale complète des métastases hépatiques, est la seule capable d’offrir une possibilité de guérison.

Les travaux de recherche de l’unité Inserm ont montré récemment que les oscillations de microbulles d’agents de contraste ultrasonore sous l’action d’ultrasons (US) engendrent une modulation de la perméabilité des barrières biologiques dans des modèles pré-cliniques de cancer. Cette technique appelée sonoporation permet d’augmenter la biodisponibilité d’agents anticancéreux dans la région d’intérêt. Cette approche a été validée avec succès à la fois in vitro et sur des modèles précliniques de cancer colorectal, ceci permettant d’envisager une approche thérapeutique sur l’être humain.

 

L’objectif du projet SONCHIMIO est d’évaluer en clinique le potentiel d’optimisation de la chimiothérapie au moyen des oscillations de microbulles sous l’action d’US dans le cadre du traitement de métastases hépatiques non résécables de cancer colorectal.

Sonchimio_metahepatique

Exemple de métastase hépatique de cancer colo-rectal en échographie ; A gauche: mode contraste ; A droite : mode B

Cette étude pilote est une première au niveau mondial pour démontrer le bénéfice des US et microbulles dans le traitement du cancer chez l’humain. Elle prévoit le recrutement de 15 patients atteints de cancer colorectal avec métastases hépatiques traitées par une chimiothérapie selon le schéma FOLFIRI-bévacizumab. Des adaptations technologiques vont être effectuées sur un échographe clinique afin de délivrer les séquences nécessaires à la sonoporation et de suivre son efficacité thérapeutique. Les premiers traitements pourraient démarrer courant 2017.

Cette technique d’optimisation de la disponibilité intra-tumorale de médicaments anticancéreux, basée sur les ultrasons et les microbulles permettra d’améliorer l’efficacité et la tolérance de chimiothérapie systémique en permettant une délivrance plus importante dans la tumeur.

Vous aimerez aussi...