Dépression et mécanismes cérébraux: nouvelle publication

L’étude EMPHILINE « Etude comparative de la réactivité physiologique et cérébrovasculaire dans la dépression, aux trois phases de l’émotion » voit naître une deuxième publication.

Initiée en 2013 et clôturée en 2015, cette étude, menée par le Dr Thomas DESMIDT, visait à étudier les mécanismes cérébrovasculaires impliqués dans la dépression. En effet, ces mécanismes sont pour l’heure mal connus. Des modifications hémodynamiques cérébrales ont déjà été rapportés chez des patients dépressifs, mais restent à corréler avec d’autres phénomènes; de même, ces mécanismes restent peu connus dans les cas de rémission.

Une première publication avait déjà été parue sur cette étude; elle mettait en évidence la relation entre la pulsatilité cérébrale mesurée par ultrasons et les stades de la dépression.

Dans cette nouvelle publication, les relations entre volume cérébral, flux sanguins cérébraux et stades de la dépression ont été mis en avant. Plus particulièrement, les résultats montrent que les patients en rémission avaient un cerveau plus volumineux et plus vascularisé que les patients dépressifs ou les sujets contrôle. De même, l’hippocampe et le thalamus des patients en rémission étaient plus vascularisés. Or, ces 2 régions sont particulièrement impliquées dans la neurogenèse (création de neurones), qui diminue lors d’un état dépressif.

Ainsi, ces travaux montrent l’association entre le stade de dépression et certains mécanismes cérébrovasculaires, notamment de volumétrie et vélocimétrie.

L’article est à retrouver ici:

Desmidt T, Andersson F, Brizard B, Cottier JP, Patat F, Gissot V, Belzung C, El-Hage W, Camus V. Cerebral blood flow velocity positively correlates with brain volumes in long-term remitted depression.Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2017 Sep 20. doi: 10.1016/j.pnpbp.2017.09.018. 

Dépression et volume cérébral

Vous aimerez aussi...